Skip to main content
Cardiologie
Cardiologie

Cardiologie

Cardiologie

Le service de cardiologie prend en charge des pathologies coronaires (urgences coronaires 24h/24), des troubles du rythme et de conduction, de l’insuffisance cardiaque et des pathologies valvulaires, musculaires et malformatives adultes et enfants des 3 départements de la Normandie Occidentale.

Le service de cardiologie prend en charge des pathologies coronaires (urgences coronaires 24h/24), des troubles du rythme et de conduction, de l’insuffisance cardiaque et des pathologies valvulaires, musculaires et malformatives adultes et enfants des 3 départements de la Normandie Occidentale.

  • Consultations Consultations Consultations Consultations Consultations Consultations Consultations Consultations Consultations

    Maladies des coronaires

    Pr Farzin Beygui, Dr Mathieu Bignon, Dr Adrien Lemaitre, Dr Vincent Roule, Pr Rémi Sabatier, Dr Idir Rebouh

    Maladies du rythme et de la conduction cardiaque

    Pr Paul-Ursmar Milliez, Dr Laure Champ-Rigot, Dr Virginie Ferchaud, Dr Pierre Ollitrault, Dr Arnaud Pellissier, Dr Célia Brejoux

    Maladies structurelles cardiaques

    Dr Amir Hodzic, Pr Fabien Labombarda, Dr Eric Saloux
    Horaire de consultations

    Insuffisance cardiaque · greffés · amylose

    Dr Damien Legallois, Dr Katrien Blanchart, Dr Laurence Herrou, Pr Rémi Sabatier, Dr Maud Bonopera

    Cardiologie Pédiatrique

    Pr Fabien Labombarda, Dr Pascale Maragnes, Dr Cynthia Cousergue

    Contrôle de stimulateurs · défibrillateurs · Holter cardiaques

    Pr Paul-Ursmar Milliez, Dr Laure Champ-Rigot, Dr Virginie Ferchaud, Dr Pierre Ollitrault, Dr Arnaud Pellissier, Dr Célia Brejoux

    Greffés cardiaques · assistance circulatoire et SCAD

    Dr Katrien Blanchart, Dr Maud Bonopera, Pr Rémi Sabatier, Dr Anne-Flore Plane
    Horaire de consultations

    Échographies cardiaques (trans-thoracique · trans-œsophagienne · d’effort et de stress)

    Dr Amir Hodzic, Dr Mathieu Bignon, Pr Fabien Labombarda, Dr Arnaud Pellissier, Dr Vincent Roule, Dr Eric Saloux, Dr Maud Bonopera, Dr Cynthia Cousergue

    Épreuve d’effort

    Dr Mathieu Bignon, Pr Rémi Sabatier, Dr Stéphane Cleron, Dr Philippe Delmas

      Composition du service

      • 2 Professeurs des Universités · Praticiens Hospitaliers
      • 2 Maîtres de Conférences des Universités · Praticiens Hospitaliers
      • 13 Praticien(ne)s Hospitalier(ère)s
      • 4 Chef(fe)s de clinique des universités, Assistant(e)s des hôpitaux
      • 6 Praticien(ne)s attaché(e)s
      • 3 Cadres de santé
    • Nos prises en charge

      Activités

      L’unité de soins intensifs de cardiologie

      L’USIC accueille les urgences “cardiaques” et tous les patients qui nécessitent des soins intensifs et continus. Il dispose du personnel et du matériel permettant d’assurer une prise en charge en phase aigüe des pathologies cardiaques, avec surveillance monitorée permanente ainsi qu’un accès privilégié au plateau technique.

      Localisation
      Tour Côte de Nacre, niveau 20, unité 30 : 20 lits scopés
      Secrétariat : 02 31 06 57 04 · Poste infirmier : 02 31 06 44 11 / 02 31 06 44 16
      Visites limitées (1 personne). Interdites au moins de 15 ans.

      L’unité d’hospitalisation conventionnelle de cardiologie

      Cette unité a pour mission d’accueillir les patients hospitalisés pour une pathologie cardiaque nécessitant une évaluation diagnostique, des explorations complémentaires, la mise en place et/ou l’adaptation d’un traitement, ou une intervention chirurgicale.

      Elle accueille également des patients pour des interventions programmées à courte durée d’hospitalisation :

      • implantologie,
      • prise en charge de troubles du rythme (exploration du faisceau, ablation de fibrillation atriale, flutter…),
      • prise en charge des angioplasties coronaires, TAVI, FOP, CIA, mitraclips...

      Localisation
      Tour Côte de Nacre, niveau 20, unité 10 : 30 lits télémétrés
      Secrétariat : 02 31 06 57 04 · Poste infirmier : 02 31 06 48 73

      L’unité d’hospitalisation ambulatoire de cardiologie (Hôpital de Jour)

      Cette unité vise à prendre en charge les patients nécessitant :

      • la réalisation d’une coronarographie ou d’un cathétérisme cardiaque, aussi bien à visée diagnostique que de suivi d’évolution d’une pathologie ou de traitement.
      • une prise en charge rythmologique (ablations, explorations électrophysiologiques, CEE…) et implantologie (stimulateurs cardiaques, défibrillateurs, Holters implantables…)
      • Cette unité accueille également des patients dont les examens sont programmés sur la journée dans le cadre de bilan pré-opératoire.

      Les patients sont convoqués suite à la demande d’un cardiologue libéral ou hospitalier. Le caractère programmé et ambulatoire de l’activité permet d’éviter les contraintes d’une hospitalisation conventionnelle et de perturber au minimum la vie familiale ou professionnelle des patients.

      S’il s’agit de patients venant d’hôpitaux périphériques, leur examen est réalisé dans la journée avant de réintégrer leur service d’origine après le temps de surveillance post-examen nécessaire. Ce mode d’hospitalisation permet également une meilleure réactivité face aux besoins avec un délai de réponse rapide.

      Localisation
      Tour Côte de Nacre, niveau 20, unité 20 : 12 fauteuils et 6 lits
      Secrétariat : 02 31 06 57 04 · Poste infirmier : 02 31 06 48 74

      L’Unité de Traitement de l’Insuffisance Cardiaque (UTIC) et d’évaluation des cardiomyopathies et des valvulopathies (UVAC)

      L’UTIC a pour mission d’assurer la prise en charge des patients adultes en insuffisance cardiaque (IC). L’IC est définie comme la conséquence d’anomalies structurelles ou fonctionnelles du cœur conduisant à un apport en oxygène insuffisant pour répondre aux besoins métaboliques des différents organes pour des pressions normales.

      Cette unité a pour objectifs principaux :

      • de prendre en charge les patients nécessitant un temps d’hospitalisation pour instaurer, poursuivre, réajuster un traitement en lien avec une IC,
      • d’optimiser les parcours des patients atteints d’insuffisance cardiaque de manière coordonnée au sein du département de cardiologie,
      • d’assurer un suivi et une évaluation des patients en relation avec les médecins de ville (médecine générale et cardiologues), centres de réadaptation cardiaque et SCAD locaux et ainsi chercher à réduire les ré-hospitalisations,
      • de participer aux projets de recherche clinique sur l’insuffisance cardiaque afin d’en améliorer la prise en charge.

      Des consultations de suivi à J7 sont proposées afin d’évaluer et pérenniser les actions initiées durant la prise en charge en unité de soins.

      Localisation
      Tour Côte de Nacre, niveau 19, unité 20 : 22 lits
      Secrétariat : 02 31 06 57 04 · Poste infirmier : 02 31 06 57 09

      Le plateau technique interventionnel

      Au sein du plateau technique de cardiologie, doté de 4 salles d’intervention, l’équipe dispense des prestations de qualité selon les normes actualisées des techniques les plus modernes (coronarographie, angioplastie/stent, CIA, Mitra clip, TAVI, ablations, implantologie). Réactif 24h/24, le plateau rassemble des compétences de pointe permettant d’offrir aux patients une prise en charge optimale et de participer également aux missions de recherche et d’enseignement universitaire.

      Localisation
      Tour Côte de Nacre, niveau 20, unité 40.

      Suivi clinique à domicile et suivi des greffés

      Ce dispositif de télésurveillance à domicile de l’insuffisance cardiaque chronique repose sur un recueil et un envoi de données via une application depuis une tablette. Il est pris en charge par l’assurance maladie dans le cadre du programme ÉTAPES.

      Il organise, selon un protocole clinique validé, une relation de suivi et d’éducation du patient au quotidien qui comprend tout à la fois :

      • Les paramètres de suivi relatifs à son état de santé
      • Les conseils et informations adaptés en matière de règles hygiéno-diététiques et de respect du traitement,
      • Les conseils et incitations à la poursuite d’un réentraînement à l’effort à domicile.

      Les fonctionnalités sont personnalisables à chaque individu par l’équipe soignante et réactives en fonction des paramètres saisis par le patient lui-même.

      Ce suivi permet de diminuer le risque de ré-hospitalisation après une décompensation, en rendant le patient acteur et actif dans le suivi de sa maladie. Il participe à l’amélioration des connaissances du patient sur la maladie, son traitement et les règles hygiéno-diététiques. Il permet également au patient d’apprendre à reconnaître les signes d’alerte de sa maladie.

      *source : site basse-normandie-sante.fr

      Localisation
      Tour Côte de Nacre, niveau 19, unité 40.
      Secrétariat : 02 31 06 58 04 · 06 10 52 45 79

      Le plateau de consultations externes de cardiologie

      Localisation
      Tour Côte de Nacre, niveau 1 · Explorations fonctionnelles

      Pathologies

      La Communication Inter Auriculaire (CIA)

      La communication inter auriculaire (CIA) est une affection cardiaque congénitale  qui se  caractérise par un défaut de constitution de la cloison interauriculaire (paroi séparant les cavités supérieures du cœur, soit l’oreillette gauche et l’oreillette droite) de forme et taille variables. Ce trou anormal génère un passage excessif de sang de l’oreillette gauche (pression élevée) vers l’oreillette droite (pression basse), que l’on désigne par shunt. En effet, la pression sanguine du côté gauche du cœur étant supérieure à celle du côté droit, le sang s’écoule en permanence vers l’oreillette droite par cette ouverture et peut être responsable d’une dilatation des oreillettes et des cavités droites. Avec le temps, l’anomalie accroît le risque d’hypertension artérielle pulmonaire, d’insuffisance cardiaque globale, d’arythmie et d’accident vasculaire cérébral. L’indication de fermeture de CIA est retenue en cas de shunt important, de dilatation ventriculaire droite et d’apparition de symptômes tels que dyspnée ou diminution de la capacité physique.

      Grâce au développement des techniques percutanées, la fermeture des CIA à l’aide d’un dispositif d’occlusion introduit par un cathéter représente désormais la technique la plus répandue. L’opérateur introduit un système de fermeture par la veine fémorale au pli de l’aine. Le dispositif replié, introduit dans le cœur par le cathéter, se déploie pour fermer la CIA. Les petits shunts résiduels qui persistent à la suite de la procédure se ferment souvent au fil du temps lorsque le tissu endothélial recouvre le dispositif. De plus en plus, la fermeture des CIA par cathétérisme cardiaque interventionnel est considérée comme un traitement courant nécessitant un très court séjour à l’hôpital et dont les suites sont simples.

      Le Foramen Ovale Perméable (FOP)

      Le FOP se définit par la persistance, après la naissance, d’une communication entre les deux oreillettes, une sorte de tunnel potentiellement responsable d’un passage intracardiaque de sang veineux dans le sang artériel. Normalement, cette cloison est fermée à la naissance mais peut parfois présenter une petite ouverture appelée Foramen Ovale. Cette communication, indispensable au cours de la vie fœtale, s’oblitère après la naissance dans la grande majorité des cas.

      Contrairement aux CIA, il ne s’agit pas d’un orifice par manque de substance, mais plutôt d’un défaut d’accolement des septums primum et secondum, qui forment le septum inter auriculaire du cœur adulte.

      Lorsque le FOP reste perméable avec un shunt droit gauche, associé à un anévrisme du septum inter auriculaire, il peut être un facteur favorisant l’accident vasculaire cérébral (AVC).

      L’examen qui permet d’identifier le FOP est l’échographie transœsophagienne (ETO) avec une épreuve de bulles mettant en évidence un passage de microbulles dans l’oreillette gauche après l’injection par voie veineuse périphérique.

      L’ETO permet d’évaluer l’anatomie du septum inter auriculaire et d’identifier la présence d’un anévrisme. Le FOP peut être responsable d’embolie artérielle, d’AVC inexpliqués et récidivants, d’hypoxie non corrigeable sous oxygène, de syndrome de décompression chez le plongeur et de migraine non soulagée par traitement. Sa découverte peut amener à discuter d’une fermeture par voie percutanée par le biais d’une prothèse comprenant 2 disques (il existe plusieurs références de prothèses) assurant la fermeture complète du shunt.

      LES RISQUES ?

      Comme dans toute intervention cardiaque et vasculaire il peut y avoir des complications. Ces complications sont le plus souvent bénignes. Les bénéfices attendus à long terme sont bien supérieurs aux risques que présentent ces procédures.

      La valve aortique par voie percutanée (TAVI)

      Le rétrécissement aortique est une maladie de la personne âgée, notamment de l’homme de plus de 70 ans. La surface de l’orifice aortique se rétrécit ce qui gêne l’éjection du sang par le ventricule gauche. Quand l’obstruction est critique, il est nécessaire d’intervenir si cette obstruction est à l’origine de symptômes que vous ressentez (essoufflement, oppression thoracique, malaise, fatigabilité…) car il y a un risque d’hospitalisation et de décès.

      Troubles du rythme et de la conduction

      L’ablation de fibrillation atriale (ou auriculaire)

      C’est le trouble du rythme le plus complexe. Il n’est pas organisé et régulier, mais est au contraire le résultat d’une activation électrique très rapide, désordonnée et chaotique des oreillettes. Contrairement à la plupart des autres tachycardies, son ablation ne peut pas se résumer à la destruction d’une cible unique (comme une source électrique ou une zone de conduction anormale). C’est une anomalie électrique touchant l’ensemble du tissu atrial qui doit être soignée. Les zones les plus fréquemment en cause se trouvent le plus souvent dans l’oreillette gauche (OG), et plus précisément à la jonction de l’OG et des veines pulmonaires. Au fil du temps et avec la répétition des crises de fibrillation, certaines zones des oreillettes s’altèrent et deviennent elles-mêmes des sources de fibrillation. Dans certains cas, ces zones nécessitent un traitement supplémentaire à celui des veines pulmonaires.

      La fibrillation atriale évolue avec le temps vers des crises généralement de plus en plus prolongées. Elle peut provoquer des complications graves, variables en fonction du terrain et des facteurs de risque de chaque patient. Ces complications sont dominées par le risque d’accident vasculaire cérébral par mauvaise vidange des oreillettes en fibrillation et stagnation de sang qui peut alors coaguler. La fibrillation peut également entraîner tous les stades de l’insuffisance cardiaque, de la simple fatigue ou l’essoufflement à l’effort à une grave altération du muscle cardiaque avec des signes sévères d’insuffisance cardiaque.

      Dans l‘ensemble, on estime que la fibrillation entraîne une mortalité comparable à celle de l’infarctus du myocarde, du diabète ou de l’hypertension artérielle. Outre la gravité pronostique de la maladie, les effets des symptômes, liés à l’arythmie sur le moral et la qualité de vie, peuvent être aussi importants que ceux d’une maladie grave telle que le cancer.

      Le traitement varie mais consiste essentiellement soit à compartimenter les oreillettes par des lignes de radiofréquence, soit à traiter électivement des zones paraissant pathologiques et responsables du maintien de l’arythmie.

      L’ablation par sonde de radiofréquence : au cours de l’intervention sous anesthésie, une sonde est introduite au niveau de la veine fémorale du membre inférieur, puis acheminée au cœur. L’extrémité de la sonde permet de brûler des petites zones cardiaques responsables du trouble du rythme.

      Les cavités parcourues par le cathéter sont reconstituées en 3 dimensions par un système informatique spécifique qui permet de déplacer ensuite les sondes et repérer les zones à traiter avec une très grande précision. L’opération a pour objectif une véritable déconnexion électrique entre l’oreillette et le ventricule.

      Après l’intervention et le réveil, une surveillance post opératoire en unité de soins continus peut être nécessaire mais l’hospitalisation est en général courte, de 2 à 3 jours.

      Fermeture percutanée de l’auricule gauche

      La fibrillation auriculaire (FA) est l’arythmie cardiaque la plus fréquente et comporte un risque cardio-embolique important augmentant significativement avec l’âge. En effet, les battements cardiaques irréguliers peuvent générer la formation de caillots de sang (ou thrombi). Ces derniers risquent alors de se déplacer dans la circulation générale et de boucher une artère, notamment au niveau écrébral: c’est l’accident vasculaire cérébral (AVC). Or il s’avère que les thrombi à l’origine des accidents thromboemboliques dans la FA non valvulaire se forment préférentiellement dans l’auricule gauche dans plus de 90% des cas. Cet appendice, situé à la surface de l’oreillette gauche, de la forme d’une petite poche ou saillie, varie d’une personne à l’autre et n’a pas de fonction particulière.

      En cas de fibrillation atriale, les traitements anticoagulants ont pour but de fluidifier le sang afin d’éviter la formation de caillots et donc le risque d’AVC. Toutefois, ils peuvent être à l’origine de saignements parfois graves. Une occlusion de cet appendice, par un système de fermeture percutanée à l’aide d’une prothèse particulière,offre une alternative au traitement par anticoagulants chez les personnes à risque hémorragique élevé.

      Cette intervention est réalisée sous anesthésie générale par voie percutanée. Le matériel est acheminé jusqu’à l’oreillette droite par cathétérisme, en ponctionnant la voie veineuse fémorale droite (au pli de l’aine). Puis par une ponction de la paroi  transseptale (la cloison entre les 2 oreillettes) sous contrôle échocardiographique et/ou fluoroscopique, on accède à l’oreillette gauche jusqu’à l’auricule gauche. On procède alors à l’implantation de la prothèse au niveau du collet de l’auricule : on déploie d’abord la partie distale qui vient prendre position dans le collet de l’auricule tel un bouchon puis le retrait progressif du cathéter de largage libère ensuite le disque proximal de la prothèse, qui va s’expandre sur l’orifice de l’auricule et le recouvrir.

      Une fois la prothèse en place, les caillots ne peuvent plus migrer de cet auricule et le risque d’AVC se voit considérablement réduit. Le traitement anticoagulant peut alors être réduit ou arrêté qulesques mois après l’intervention.

      L’intervention est rapide puis un passage en salle de réveil avant de réintégrer l’unité de soins. C’est une procédure qui nécessite en moyenne 2 à 3 jours d’hospitalisation.

    • Centres de compétence

      Centre de Compétence Maladies Rares
      Centre de Compétence Maladies Rares
      Centre de Compétence Maladies Rares
    • Les dernières actualités liées au service…

    Localiser / contacter le service

    Cardiologie

    Hôpital Côte de Nacre

    Avenue de la Côte de Nacre
    CS 30001
    14033 Caen cedex 9


    Cardiologie

    Secrétariat du service


    Niveau Accès GPSParking Entrée
    Consultations
    Tour Côte de Nacre
    Niveau : 1
    Accès GPS: Côte de Nacre
    Parking : Parking 2
    Entrée Nord Côte de Nacre
    Soins Intensifs
    Tour Côte de Nacre
    Niveau : 20
    Accès GPS: Principal
    Parking : Parking 1
    Entrée Principale du CHU Caen Normandie
    Hospitalisation ambulatoire
    Tour Côte de Nacre
    Niveau : 20
    Accès GPS: Principal
    Parking : Parking 1
    Entrée Principale du CHU Caen Normandie
    Hospitalisation conventionnelle · Cœur / Vaisseaux
    Tour Côte de Nacre
    Niveau : 20
    Accès GPS: Principal
    Parking : Parking 1
    Entrée Principale du CHU Caen Normandie
    Unité de Traitement de l’Insuffisance Cardiaque
    Tour Côte de Nacre
    Niveau : 19
    Accès GPS: Principal
    Parking : Parking 1
    Entrée Principale du CHU Caen Normandie
    Suivi Clinique À Domicile et Suivi des patients greffés
    Tour Côte de Nacre
    Niveau : 19
    Accès GPS: Principal
    Parking : Parking 1
    Entrée Principale du CHU Caen Normandie