Skip to main content
Perfusionniste : au cœur de la chirurgie cardiaque

Service(s) concerné(s)

Actualité

Portrait

Perfusionniste : au cœur de la chirurgie cardiaque

Ils font partis des métiers méconnus mais indispensables au bon fonctionnement de l’hôpital et à la prise en charge des patients. Découvrez le portrait de Cécile, Benoit, Christophe et Maxime, perfusionnistes.

Organiser, réaliser et surveiller la circulation extracorporelle

Certaines interventions cardiaques nécessitent d’arrêter le cœur. Les perfusionnistes sont alors chargés de la mise en place de la circulation extracorporelle (CEC). Cette technique permet de remplacer le cœur et les poumons à l’aide d’une machine équipée de pompes. La circulation sanguine est dérivée en dehors du corps pour être oxygénée et préserver les fonctions physiologiques du patient.

Les perfusionnistes passent la plupart de leur temps au bloc opératoire. Ils peuvent également intervenir lors d’un dysfonctionnement respiratoire, dans le cadre de prélèvement d’organe ou lors d’un arrêt cardiaque réfractaire.

En France entre 250 et 300 personnes exercent ce métier. Au CHU de Caen, ils sont 4 à se relayer et participent à près de 600 opérations par an. Lors d’une chirurgie, ils entrent en scène une fois le patient endormi. En amont, ils préparent les médicaments et montent le circuit CEC. La communication est essentielle entre le chirurgien, l’anesthésiste et le perfusionniste.

Pratiquer la CEC est une spécialité accessible à tous les infirmiers et aux médecins après une formation. Outre un diplôme universitaire de circulation extracorporelle, les soignants sont formés selon une forme de compagnonnage. Depuis 3 ans, il existe également un master 2 qui permet d’uniformiser les pratiques et les connaissances, reconnu aussi au niveau européen.

Christophe « Aux commandes de la circulation extra-corporelle, il faut rester concentré et très attentif. Le pilote n’a pas le droit à l’erreur ! »

Cécile « Notre métier demande une haute technicité et de nombreuses responsabilités, chaque intervention est différente selon la pathologie et les antécédents du patient »

Benoit « Ce métier permet de nous renouveler régulièrement : aujourd’hui nous nous formons sur une nouvelle console de CEC et il m’arrive de participer à des missions humanitaires avec le Dr Babatasi, c’est très enrichissant.»

Service communication du  CHU Caen Normandie
CHU Caen Normandie

Contact presse

Service Communication
Avenue de la Côte de Nacre
CS 30001
14033 CAEN cedex 9