La télémédecine

Diabétologie

Il s’agit de mettre en place une activité de télésurveillance du diabète pour des patients atteints de diabète de type 1 et de type 2 en application des dispositions prévues dans le cahier des charges des expérimentations relatives à la prise en charge par télésurveillance du diabète mises en œuvre par le fondement de l’article 36 de la loi n° 2013-1203 de financement de la sécurité sociale.

Les enjeux

Faire évoluer les pratiques actuelles et entrer dans un nouveau schéma de personnalisation des soins, à partir de données fiables, périodiques et directement tournées vers l’action pour répondre aux besoins des patients sachant que la Normandie Occidentale compte près de 60 000 personnes diabétiques, dont plus de 5 000 diabétiques de type 1 et la prévalence de cette pathologie dans la population régionale est en augmentation : +15% entre 2007 et 2009.

Le nombre de patients sous pompe s’accroît d’environ 10% par an.

Les objectifs

Il s’agit d’améliorer le service rendu et le suivi des patients diabétiques de type 1, sous pompe à insuline (amélioration de l'équilibre métabolique (HbA1c) avec un accès facilité à des soins de qualité et à l'expertise médicale), de leur permettre un accompagnement permanant en développant leur autonomie face au traitement et en améliorant leur qualité de vie.

La télésurveillance permet un suivi régulier de données de santé fiables et complètes facilitant la prise de décision thérapeutique.

Elle permet aussi de limiter le nombre de consultations en face à face et ainsi limite les déplacements et les arrêts de travail des patients. Il s’agit également d’informer et de former les patients pour mieux suivre leur maladie, de décloisonner les prises en charge (meilleure coordination  notamment à travers le partage des données et des informations en temps réel entre les médecins traitants, libéraux et hospitaliers).

Une convention a été signée avec trois constructeurs de solutions pour une durée de 9 mois afin de tester ces solutions dans le strict respect des termes du cahier des charges.

Ce projet a vocation à modifier le parcours de soins des patients diabétiques et allouer différemment les tâches et les actions entre les différents intervenants.

Le fonctionnement

Le service de diabétologie expérimentera les 3 principales plateformes avec un échantillon de patients, avec pour objectif à terme de ne travailler qu’avec seulement 1 ou 2 plateformes, par but de simplification.

Ce choix sera présenté aux établissements du GHT Normandie Centre et au CHU de Rouen afin de disposer idéalement d’une solution unique de télésurveillance du diabète dans la région Normandie.

Les acteurs participants

Coordonnateur médical : Le Pr JOUBERT (secrétariat : poste 45 75) mail : joubert-m@chu-caen.fr

Référent administratif : Valérie RAOUL-LANCRY – Mail : raoul-v@chu-caen.fr

L’ensemble des praticiens du service de diabétologie du CHU participe au projet et incluent des patients dans le programme de télésurveillance avec les trois fournisseurs de solutions pendant 9 mois.

IDE expertes.

Le périmètre d'action

Normandie occidentale en concertation avec la Normandie orientale.

La phase d’expérimentation initiale ne va concerner que quelques patients atteints de diabète de type 1 ou de diabète de type 2. Les indications actuelles dans le cadre de la télésurveillance valorisée par le programme « ETAPES » restent assez restrictives, ne permettant pas d’inclure de grandes cohortes de patients dans cette démarche.

Après la phase d’expérimentation initiale, l’utilisation des systèmes de télémédecine en diabétologie devrait s’étendre à une plus large population, selon l’évolution des cadres réglementaires.

Les patients concernés

En phase d'expérimentation initiale : quelques patients atteints de diabète de type 1 ou de type 2.

Le type d'actes

Acte de télésurveillance